Randonnées à ski

Clubistique aux Hohe Tauern, Tyrol Autrichien

18 mars 2018 - 23 mars 2018

PROGRAMME:

Départ voitures privées au parking de l’église de Saint-Légier 7h30
En plein cœur du Tyrol autrichien, les Hohe Tauern constituent un massif peu connu. Il comporte le point culminant de l’Autriche, le Grossglockner et un autre sommet important, entièrement skiable, le Grossvenediger.
Seul bémol, il faut 8h de voiture (~700 km) pour le rejoindre. Mais nous ne toucherons pas aux voitures avant de rentrer, toutes les courses partent de l’auberge.
Du lundi au jeudi, nous ferons 4 courses parmi les suivantes :
– Böses Weibl +1200m / 13 km AR
– Weisserknoten +1000m / 6 km AR
– Teufelskampf +1500m / 18 km AR
– Glorer Hütte +800m / 7 km AR
– Katenegg +900m / 7km AR
– Figerhorn +1000m / 6km AR

Logement : www.lucknerhaus.at un chalet hôtel très confortable, demi-pension 67 € par personne en chambre double

Inscription:

Jusqu'au vendredi 24 février 2017

PRIX:

Participation aux frais des chauffeurs CHF 140.-

PD+

Alain Besson
tél: 021 544 8520
mobile: 079 605 3630
email: a1besson@gmail.com

24 février 2018

COUP D'OEIL

Seul inconvénient, il faut un jour complet pour y aller et un autre pour en revenir.
Merci aux participants pour leurs contributions à Coup d’oeil !

19 mars Stüdlhütte (Peter)
Départ à 9h, le Grossglockner se montre brièvement, pour nous impressionner ou souhaiter la bienvenue? Ensuite temps couvert, mais pas froid et les premières couches tombent très rapidement. Montée tranquille jusqu’à la Lucknerhütte. Visibilité bonne. De là, montée plus raide où toutes les peaux ne tiennent pas. Donc on met les couteaux pour continuer tranquillement. Belle ascension à la Stüdlhütte, bijou construit en 1866 par M Stüdl, originaire de Prag puis rénovée et agrandie plusieurs fois.
Bon accueil par une jeune équipe, dont la représente féminine incite un membre du groupe à lui proposer des leçons de français.
La descente est très laborieuse, car nous sommes tout le temps dans le brouillard. Visibilité très mauvaise et le chef de course fait un effort considérable pour suivre les traces de la montée.
Un grand MERCI à Alain, qui nous conduit, sains et saufs, à la Lucknerhaus vers 16h15. 0319 Studlhutte

20 mars Figerhorn (Alain G)
Le départ de l’hôtel est fixé à 9 heures. Après un quart d’heure de marche à pied sur une route goudronnée, nous chaussons les skis et attaquons une montée assez régulière.
Le soleil est au rendez-vous et la température est agréable (pas de vent) mais à environ 200m du sommet nous commençons à rentrer dans le brouillard.
Echaudé par la course de la veille, Alain décide d’enlever les peaux. Excellente décision car ainsi, nous avons pu profiter d’une descente avec une agréable visibilité et une bonne neige.
Jolie course de retraités de 700m de dénivelé.

21 mars Böses Weibl (Claire-Lise)
C’est par un froid hivernal accompagné d’un vent glacial que vers 08h00 nous quittons l’hôtel Lucknerhaus avec comme but le Böses Weibl (3121 m). Au début dans la forêt nous suivons un chemin agréable, ensuite la première difficulté arrive : il s’agit de remonter une pente assez étroite et raide ; nous mettons les couteaux, le vent efface toute trace, chacun se débrouille comme il peut ; cet exercice plutôt intense nous réchauffe.
Ensuite nous longeons une grande pente raide, nous sommes concentrés et prudents. Arrivés à un col, nous poursuivons notre marche au milieu d’un couloir. Avec le vent violent et le froid mordant, il nous est difficile de s’arrêter pour boire et manger. Encore quelques pentes raides pour exercer notre technique de conversions et enfin nous apercevons la pyramide du Böses Weibl.
Le décor est très alpin, le vent dessine des élégantes formes sur la neige. Ici et là un bout de roche émerge de la masse blanche. Avec ces conditions très dures dues au vent et au froid nous décidons, vers 13h00, de nous préparer pour la descente. Le sommet sera pour une autre fois. Décidément il porte bien son nom ! Nous sommes à environ 3000 m.
Un rapide coup d’œil sur le paysage alentour nous montre un panorama avec beaucoup de sommets inconnus à part le « Grossglockner » qui, avec ses 3798 m, se détache nettement et domine les autres montagnes. La descente n’est pas très facile avec beaucoup de neige accumulée, qui casse parfois, c’est irrégulier, avec peu de neige poudreuse : le vent a tout transformé.
Alain choisit un endroit à l’abri du vent pour faire une petite halte. Un peu réchauffés, nous arrivons vers 16h00 à la Lucknerhaus où heureux nous partageons toutes nos impressions autour d’une boisson.

22 mars Glorerhütte (François)
Pour notre quatrième et déjà dernière course dans cette magnifique région, Alain nous propose la Glorer Hütte. Cette cabane située à 2651 m d’altitude se trouve à la limite entre les massifs du Glockner et celui du Schober. Par rapport à hier, c’est donc une course bien moins exigeante qui nous attend. Nous partons vers 9h par un temps absolument splendide et une température certes fraîche mais sans commune mesure avec le jour précédent. Quelque 750m de dénivelé sur des pentes plutôt douces nous attendent. Sur le coup des 11h30 nous atteignons la Glorer Hütte, malheureusement fermée à cette époque de l’année. Nous nous restaurons sur le pouce, il ne fait pas très chaud, avant d’entamer une dernière et magnifique descente, même si les conditions optimales de neige ne sont pas toujours au rendez-vous.